Conseils pour améliorer ses capacités de leadership

Le leadership ne s’invente pas mais se prépare. En effet, communiquer, être à l’écoute, analyser aux fins d’une bonne prise de décision : tout cela est le fruit d’un long travail. Voici cinq conseils, prodigués par des professionnels, pour développer le leadership.

 

Se fixer un cap et le communiquer

Anthony Déchaux, formateur pour le « Théâtre à la Carte » voit le leader comme une personne qui définit des principes qui détermineront son action quotidiennement. Un responsable commercial, dirigeant une équipe, devra se poser des questions et, notamment, celle-ci : est-il préférable de parier sur l’écoute des clients ou bien se fonder exclusivement sur son offre et tout faire pour la mettre en avant ? Déterminer une vision nette est primordial pour être en mesure de la communiquer par la suite. Steve Jobs et sa politique du « think different » en est un parfait exemple. Cela va éclairer et inspirer les collaborateurs.

 

Eviter les mauvaises interprétations

Valérie Gauthier, spécialiste du leadership et professeur à HEC, nous dévoile un des exercices qu’elle effectue de façon régulière en formation auprès des participants. Cet exercice consiste à considérer un objet à l’instar d’un tableau pour faire ressortir les différences entre ce que l’on voit, ce que l’on pense et ce que l’on ressent en le regardant. QUand nous mettons en mots ce que nous imaginons voir, en réalité, c’est le fruit de notre interprétation. En fait, nous mélangeons toutes ces informations. Pratiqué régulièrement, cet exercice permet de penser différemment, au quotidien, ses relations professionnelles et de mieux utiliser son sens de l’observation afin d’être plus attentif face aux diverses interprétations.

 

Privilégier le « pourquoi » au « comment »

La confiance constitue un des éléments-clés du leadership, la confiance en soi et envers les autres. Un leader trop sévère ne délègue pas suffisamment et a tendance à faire diminuer la confiance qu’éprouvent ses collaborateurs, estime Laurent Buananno, responsable d’un cabinet consacré au leadership. Un manager se pose la question : « Comment faire les choses ? » Le leader, lui, s’interroge sur la raison de le faire pour parvenir à créer de l’énergie. Son rôle est de détruire les obstacles et de chambouler les automatismes. Déléguer et faire confiance à ses collaborateurs permet de se consacrer à la résolution d’autres problèmes.

 

Importance de l’écoute et sa mise en pratique

Le leader se doit d’être ouvert au dialogue et accessible. Anthony Déchaux estime qu’il est important qu’un leader écoute plus qu’il ne s’exprime. Pour développer sa capacité d’écoute, Valérie Gauthier conseille un exercice pratique tout simple : fermer les yeux durant trois minutes environ et se focaliser sur les bruits qui nous environnent et, ensuite, d’écrire ceux dont nous nous rappelons. L’objectif de cet exercice est de faire le tri entre les sons agréables et les autres. Quand on écoute, le cerveau entre en activité et nous amène à interpréter ce que nous entendons. Ce test de perception auditive remédie à cet état de fait en optimisant notre capacité à faire la distinction entre l’ouïe et la perception réelle.

 

Être proactif !

Anthony Déchaux estime qu’il existe deux façons d’être reconnu en tant que leader : par son expertise dans un domaine déterminé ou par sa capacité de gestion humaine c’est-à-dire savoir motiver et gérer ses troupes comme ses coachs sportifs qui obtiennent d’excellents résultats sans avoir été professionnels du coaching, à l’instar de Didier Deschamps lors du Mondial de foot 2018. Pour augmenter son statut de leader, l’action est primordiale.

Un bon leader doit être proactif en programmant des changements s’ils s’avèrent nécessaires. C’est l’occasion de donner le ton et de créer un effet « boomerang » autour de lui.

Si vous souhaitez vous former pour améliorer vos compétences de leadership, vous pouvez faire appel à Sciences Po qui proposent des formations spécifiques dans ce domaine.