Comment faire un diagnostic capillaire ?

Le diagnostic capillaire s’impose comme une option de choix quand on a affaire à une chute de cheveux. Pourquoi doit-on le faire, et quelles sont les étapes suivre pour obtenir des résultats satisfaisants ?

Les objectifs du diagnostic capillaire

De nombreuses personnes se rendent en pharmacie ou dans une grande surface pour acheter une lotion antichute, un masque, un shampoing ou une crème quand elles font face à un problème de cheveux. D’autres essayent des remèdes de grand-mère ou se coupent les cheveux dans l’espoir que les nouvelles pousses seront plus épaisses et tomberont moins. Or, il n’est pas toujours possible savoir par ses propres moyens l’origine du problème, et les solutions adoptées ne sont pas forcément celles qui sont les plus adaptées au problème.

Réaliser un diagnostic capillaire, c’est se donner les moyens de connaître l’ampleur de la chute, sa durée, ses paramètres d’accélération et ses conséquences sur la densité de sa chevelure. Un tel diagnostic permet d’obtenir un bilan complet de sa santé capillaire par le biais de l’examen des cheveux et du cuir chevelu. Cela donne la possibilité de trouver des solutions optimales, précises et durables. Le processus comprend une évaluation des antécédents génétiques, de l’hygiène de vie, des traitements médicaux et de la condition physique de la personne.

Lors d’un diagnostic capillaire, on étudie également la qualité du terrain de la personne, l’acidification de son organisme et des éventuelles intoxications auxquelles elle peut être sujette. Outre la chute de cheveux, il est possible de résoudre des problèmes comme les pellicules, les cheveux trop gras ou trop secs ou encore qui perdent leur couleur naturelle. En somme, un tel diagnostic permet de comprendre le phénomène auquel la personne est confrontée et de s’assurer de l’efficacité du programme de soin spécifiquement adapté à son cas.

Le contenu du diagnostic capillaire

Le diagnostic capillaire consiste en un ensemble d’examens réalisés relativement rapidement grâce à un matériel spécial tel qu’une caméra qui balayera le cuir chevelu et la surface des tiges. Les images ainsi obtenues seront analysées par un logiciel informatique. Un dossier personnalisé est livré à l’issue des examens qui comprennent également un questionnaire. Des traitements adaptés ainsi que des conseils seront aussi indiqués.

Dans la pratique, un diagnostic capillaire permet d’établir la cartographie du cuir chevelu, la densité des cheveux, l’état du cuir chevelu, la mesure du taux de sébum produit, l’état pelliculaire, le pourcentage de cheveux en phase de croissance, de repos et d’expulsion, la présence de cheveux anormaux et enfin une simulation de la chute des cheveux sans prise en charge globale. Le diagnostic capillaire permet également de comprendre vos habitudes de vie, qui peuvent venir impacter directement votre chute de cheveux.

Pour réaliser un diagnostic capillaire, on commence par prendre rendez-vous. Cela peut se faire directement en cabinet ou sur internet. Une fois la date fixée, le spécialiste procède aux examens, interprète les résultats et les explique à son patient. Des soins en instituts et/ou à domicile sont ensuite à faire. Des contrôles périodiques doivent avoir lieu pour mesurer l’efficacité de la méthode adoptée. Il est à rappeler que les consultations se font en toute discrétion, et les cabinets s’engagent à respecter la confidentialité des données personnalisées de leurs clients.