3 plats à découvrir lors d’un voyage culinaire en Afrique

La cuisine d’Afrique est aussi riche que la culture africaine et aussi diversifiée que les populations qui composent ce vaste continent. Lors d’une escapade culinaire, les nombreux plats des pays africains ne manqueront pas de vous donner l’eau à la bouche. En voici 3 parmi les plus emblématiques et que vous devriez déguster au cours d’un séjour dans leur pays d’origine.

Le bobotie – Afrique du Sud

La cuisine sud-africaine est caractérisée par ses influences anglaises, néerlandaises, allemandes, françaises et asiatiques, mais aussi par les élevages de viandes multiples. Lors de votre voyage gustatif au pays, ne manquez pas par exemple de goûter le fameux bobotie.

Ce plat originaire des Indes néerlandaises a vu le jour au XVIIe siècle. Simple, mais goûteux, c’est une sorte de gratin à base de viande hachée (bœuf ou agneau), d’oignons, de sauce tomate, de curry, d’œufs et de pain de mie imbibé de lait.

On y ajoute également d’autres condiments comme des fruits à coque, des raisins secs, du chutney à la mangue, ou de la confiture d’abricot. Une fois sorti du four, il peut être servi avec du riz basmati agrémenté de légumes. Au cours de votre séjour sur mesure en Afrique du Sud, vous pourrez manger du bobotie aussi bien dans les foyers que dans les restaurants au pays.

Le ravitoto – Madagascar

À Madagascar, les éléments essentiels de sa cuisine sont le riz à chaque repas et les plats appelés « laoka » qui l’accompagnent. Parmi les laoka, il y a le très populaire ravitoto. C’est un délicieux plat de la cuisine malagasy. Il s’agit d’une sorte de ragoût composé de feuilles de manioc pilées avec un mortier ou un hachoir de viande.

Les feuilles de manioc sont cuites dans une marmite avec de l’huile, de l’eau, du sel, de l’ail et une pincée de sucre. À part cela, pour donner plus de goût au plat, on y ajoute soit de la viande de porc (poitrine, rouelle) coupée en gros dés, soit des côtelettes de porc, soit des saucisses.

La cuisson du ravitoto dure environ deux heures et même plus. Il faut remuer de temps en temps et ajouter de l’eau pour éviter une complète évaporation, jusqu’à obtenir une consistance de purée. À table, les Malagasy le servent généralement avec une assiette de riz (bien évidemment), un rougail de tomates, du piment et du bouillon au gingembre et à la coriandre.

La rfissa – Maroc

Pour terminer, la cuisine marocaine figure aussi parmi les plus riches au monde. Testez par exemple la rfissa, un plat marocain très savoureux. Originaire de la région de Casablanca, ce plat figure depuis des siècles dans les traditions du pays.

Pour la préparation, il faut cuisiner des msemens qui sont des crêpes légèrement feuilletées composées de fines feuilles à la texture souple. Les fines feuilles de msemen sont émiettées et généreusement arrosées d’une sauce bien parfumée à base de bouillon d’oignons, de curcuma, de gingembre, de coriandre, de safran et de mélange d’épices ras el-hanout.

À part cela, il y a du fenugrec, des lentilles, des carottes, ainsi que du poulet/pigeon. Pour donner un peu de couleur, on y ajoute du persil et de la coriandre. Au Maroc, ce mets est souvent préparé lorsqu’il fait froid, car il réchauffe le corps. On en prépare aussi aux mères qui viennent de donner naissance. Il paraît que la rfissa redonne des forces et favorise la montée du lait maternel.